Mission Mai 2015

A partir du 9 jusqu’à le 23 mai 2015, le FIMAC a envoyé une mission au Burundi fait par les chirurgiens prof. Vincenzo Monti, dr. Pietro Ortensi, dr. Stefano Carbone et un anesthésiste, le Dr. Alfredo Antonucci .

Avant le départ, les informations en provenance du Burundi ne étaient pas très rassurant, car au cours des dernières semaines il y avait eu un certain nombre de manifestations contre le gouvernement, avec des accidents graves et des manifestants tués . Cependant , l’équipe est partie avec l’esprit droit et avec un échographe portable de dernière génération, qui à été remis à l’hôpital de Bubanza.

À notre arrivée , une Bujumbura spectrale nous a accueillis, avec très peu de gens autour de la ville et plein de soldats armés jusqu’aux les dents éparpillés à travers les rues. Même le centre de santé des Soeurs de Calcutta de Rohero était étrangement vides, comme partie de la population a migré vers les pays voisins et les gens restés dans la ville avait peur de approcher une zone de danger comme Rohero . Heureusement , le sourire des sœurs qui nous ont accueillis comme d’habitude ou même plus vivement que jamais nous ont donné la bonne énergie pour commencer notre mission.

Dans les deux semaines à Bubanza , nous nous consacrons entièrement à la soins des patients, avec trente interventions orthopédiques majeures et près d’une centaine de consultations. En outre, nous avons été capable de suivre un jeun infirmier qui avait été opéré pour une résection de la tête humérale et à qui nous avons implanté une prothèse inversée de l’épaule grâce à la collaboration entre FIMAC Onlus , Andare Oltre Onlus représentés par le dr . Piero Petricca et LIMA Corporate, qui est une très connue entreprise italienne des implants de diverses articulations. Chaque jour , ce patient-ci a effectué une heure de la réhabilitation, et nous avons obtenu à partir d’une épaule raide jusqu’à une épaule avec des mouvements plus que satisfaisant.

Ces deux semaines ont été intense et plein de travail comme d’habitude; cette fois l’ effort a été fait plus lourd en raison de la mauvaise situation du Burundi, en raison de troubles politiques, tentatives de coups d’état, manifestations terminés sous des tirs de coups de feu, mort et surtout avec une détérioration générale de plus en plus, avec les nécessités de base comme l’eau et l’électricité qui manquent de plus en plus.

Cela n’est pas ce qu’il faut pour le Burundi. Au nom de la fondation , nous espérons que cette situation politique difficile sera bientôt réglé et surtout qui les souffrances du peuple du Burundi terminent aussitôt que possible.

Stefano Carbone

0 305